Qu’est-ce
qu’un DIU ?

Les dispositifs intra-utérin (DIU) sont utilisés par 22 % des femmes dans le monde en âge de procréation (1). Le terme stérilet n’est plus utilisé car un DIU ne rend pas stérile. C’est un contraceptif inventé en 1928 par Ernst Grafenberg.

Ce dispositif en forme de T est inséré dans l’utérus par le vagin pour prévenir la fécondation. Les DIU sont mis en place au cours d’une consultation simple, soit par un gynécologue, une sage-femme ou un médecin généraliste. Il reste en place tant que la contraception est désirée : entre 5 et 10 ans selon les modèles.

” Il reste en place tant que la contraception est désirée : entre 5 et 10 ans selon les modèles”

Les DIU représentent la méthode contraceptive temporaire la moins coûteuse pour une utilisation à long terme. En France, le DIU est le moyen de contraception le plus utilisé après la pilule.

Depuis le début des années 1960, époque à laquelle les DIU étaient fabriqués à partir de matériaux inertes, ces dispositifs ont connu de nombreuses améliorations, notamment avec l’utilisation de cuivre.

” Les DIU représentent la méthode contraceptive temporaire la moins coûteuse pour une utilisation à long terme”

Comment fonctionne le DIU au cuivre ?

” Le DIU au cuivre est indiqué comme méthode de contraception alternative aux contraceptifs chimiques…”

Le DIU au cuivre est indiqué comme méthode de contraception alternative aux contraceptifs chimiques, notamment les méthodes de contraception hormonale orale, en prévention de leurs effets indésirables à court ou à long terme. Les DIU au cuivre sont recommandés en 1ière intention par la HAS (Haute Autorité de Santé), y compris chez la femme nullipare.

Dès son introduction dans l’utérus, le DIU prévient le risque de grossesse à deux niveaux :

  • Le DIU provoque une réaction inflammatoire (normale et non infectieuse) de la muqueuse utérine, qui empêche la nidation de l’œuf.
  • Le cuivre, naturellement spermicide, empêche les spermatozoïdes de féconder un ovule.

Le DIU au cuivre peut également être utilisé en tant que contraception d’urgence après un rapport non protégé, sous réserve que la pose n’intervienne pas plus de 5 jours après le rapport sexuel.

Contrairement aux idées reçues, il n’y a aucune contre-indication à la pose d’un DIU chez une patiente nullipare. L’existence de deux tailles : SHA dite « short » et STA dite « standard », pour la plupart des DIU au cuivre est de ce fait justifiée. En effet, une femme sans enfant dont l’utérus est plus petit peut parfaitement se faire poser un DIU, un modèle «short» pourra alors lui être prescrit.

(1) INED Institut National des Etudes Démographiques